Le prothésiste dentaire : une aide précieuse au chirurgien-dentiste

Un interlocuteur régulier pour le chirurgien-dentiste

Le prothésiste dentaire est la personne qui fabrique tous types de prothèses, d’appareils dentaires, de dents sur pivot, de bridges, de bagues, de couronnes, d’inlay/onlay… Pour cela, il a avant tout besoin des empreintes du patient prises par le dentiste ou par un spécialiste comme un stomatologue ou un orthodontiste, mais aussi d’indications sur l’appareillage à réaliser. Il pourra alors façonner un moule et, en fonction du matériau demandé, utiliser de la céramique, des métaux, des pâtes thermoplastiques ou encore des matériaux composites.

Pour arriver à un résultat final bluffant et en général plus vrai que nature, le prothésiste dentaire réalise un premier moule en plâtre qu’il va pouvoir travailler à son aise, le poncer et le modeler jusqu’à obtenir le résultat voulu. Une dernière maquette en cire est alors réalisée, qui correspond trait pour trait à la commande.
Une fois que toutes ces étapes sont validées et que les préconisations ont été correctement prises en compte (impératifs biologiques, esthétiques mais surtout fonctionnels), un dernier appareil est réalisé avec le matériau choisi. Il ne reste alors plus qu’à faire les finitions, c’est-à-dire le ponçage, le meulage et le polissage. Tout cela est chronophage car le travail de précision demandé est extrême, au millimètre près.
Le dentiste n’a alors « plus qu’à » poser et ajuster la prothèse. Elle peut éventuellement revenir entre les mains du prothésiste, à la demande du praticien, en cas de retouches réellement importantes ou de finitions.

Un métier méconnu et pourtant indispensable pour la réparation des dents

En plus de la création « pure et dure » de prothèses dentaires, le prothésiste s’occupe aussi de réparer ou de modifier des appareils. Pour mener à bien tout ce processus, le prothésiste dentaire met en œuvre ses compétences, comme sa dextérité, son habileté ou sa minutie. Un certain sens de l’esthétique est également requis, ainsi qu’un suivi scrupuleux des règles d’hygiène imposée par la branche médicale.
De nombreuses évolutions technologiques arrivent constamment, comme de nouveaux logiciels de conception 3D, auxquels il faut savoir s’adapter, mais aussi de nouveaux matériaux, toujours plus innovants pour un rendu le plus naturel possible.
Les prothésistes dentaires travaillent le plus souvent en laboratoire de fabrication (il y en a plus de 6000 en France), pour répondre à la demande nationale d’environ 4 à 5 millions de prothèses par an, un marché stable depuis quelques années. Mais ils peuvent aussi exercer leur métier en indépendant/libéral. Dans tous les cas de figure, il représente un allié précieux pour le dentiste dans la qualité des soins apportés au patient.

Noter cette page